L'autorisation du parti a pris fin - nous travaillons actuellement sur son retour en politique.

L'espace est fixe sur terre alors qu'il est impératif de préserver la nature ainsi que les terres agricoles et sylvicoles. Déduction faite de ces éléments nous croyons qu'il faut mettre la barre comme ceci: l'espace disponible pour l'habitation divisé par le nombre de ménages sur terre qui veulent une maison. Inciter la construction de maisons conséquentes pour une offre suffisante pour les plus de 8 personnes sur 10 qui veulent une maison assurera la survie du capitalisme car tous pourront construire leur capital. L'idéologie du laisser-faire est une prophétie auto-réalisatrice car effectivement sans capital les gens s'appauvrissent et oui il y a moins de concurrence et d'offre de produits incluant l'ultime produit made in Québec soit la maison.

PROGRAMME

Aménagement et fiscalité

-Les dimensions minimales sont la mesure typique dans l'ensemble des règlements de zonage municipaux au Québec. Cela en dit long sur notre gourmandise en termes d'espace. Il faut baser la mesure minimale sur le minimum possible pour que chacunes des pièces d'une habitation soit parfaitement fonctionnelle mais sans plus pour un humain de taille moyenne. Cela signifiera d'adapter les constructions et d'abolir les restrictions actuelles qui sont variables et multiples et qui poussent vers plus d'espace.

-Abolir la taxe foncière et remplacer le revenu des municipalités par un paiement de transfert venant du gouvernement du Québec.

-Créer une faible taxe sur le niveau d’utilisation des terres et la productivité durable de l’usage des ressources naturelles. Une fiscalité qui se rapproche du principe que la terre devrait appartenir à tous. Il y a un grand manque de connaissances quant au niveau de gaspillage de territoire tant que nos tabous subsistent.

-Il faut une taxe d'eau.

-Réformer le cadastre afin de réduire les lots à des dimensions conséquentes avec une perspective globaliste soit entre 700 et 1000pi2 au lieu des 6000-7000pi2 et voire 100000pi2 moyens actuels. Les cadastres sont trop grands en superficie condamnant l’espace qui est fini sur terre. C'est une erreur d'orienter l'aménagement principalement autour d'un mode de transport que ce soit la voiture ou le transport en commun. Il faut aménager autour de la maison pour tous avec des ruelles pour que les enfants et les cyclistes n'aient pas à jouer dans la rue. Incroyablement cela n'a pas encore abouti tellement qu'on cherche l'évasion. Des rues et ruelles en quadrillage permettrait au marcheurs et au transport en commun léger de constituer le meilleur choix pour tous. On semble vouloir rendre la voiture exclusive au lieu de réduire son utilisation. On dit que la mixité en type d'habitations soit ce que nous avons déjà fait partie de la solution alors que c'est la maison attachée d'inspiration 'grow home' (World Habitat Awards, 1999) qui offre ce qu'on besoin les gens dans la mixité de nos situations sur terre. Autrement dit, une mixité de propriétaires et des maisons sur des lots standardisés afin d'assurer une offre abondante de maisons.

-Créer un programme d’incitatifs pour la conversion de blocs et de maisons de plain-pied ou bungalow, etc. en maisons attachées. Il y a un grand potentiel de doubler voire quintupler la densité dans des quartiers centraux sous forme de maisons qui sont des produits made in Québec surtout quand on utilise des 2x4. Des maisons de valeur car 'one size fits all' dans des quartiers fluides qui diminuent vraiment sans exclusion l'usage de la voiture. Ces maisons assurant densité et mixité sociale qui correspondent aux besoins -à la fois- des familles, des personnes seules, des personnes âgées ou à mobilité réduite. Rénover est beaucoup plus difficile que de bien construire initialement et cela devrait nous indiquer encore plus qu'il faut changer les choses.

-Agir sur le ‘mur‘ de faible densité qui s'érige en constance en périphérie des grands centres plutôt que d'en demander toujours davantage aux exclus dont la situation devient la norme, surtout que le monde entier manque d'espace tant il y a de grands pays nucléarisés.

-Nous sommes contre un revenu universel car c'est acheter les gens et les éloigner du travail en ces temps où l'intelligence artificielle menace les travailleur(se)s et que les travailleur(se)s autonomes n'ont toujours pas accès à l'assurance-emploi. Le travail rend libre et devrait permettre aux travailleurs(se)s peu importe leur niveau de revenu de construire leur capital via la possession d’une maison.

Éducation

-Éliminer les subventions aux écoles privées.

-Utiliser en permanence la classe virtuelle comme moyen de suppléer la récupération et l’aide aux devoirs.

-Réformer les universités afin de revoir le contingentement souvent injuste.

-Le REÉÉ utilise l'argent du gouvernement pour financer une éducation alors que cela n'est pas conséquent avec la gratuité scolaire.

Santé

-Maintenir et encore une fois combattre le laisser-faire qui nuit au fonctionnement de notre système de santé public. Un ticket modérateur pourrait aider (et nous l'avons jamais essayé) et cela ne devrait pas être perçu comme faire perdre des actes et/ou des clients à nos soignants mais bel et bien comme un moyen de financement et de préservation des ressources humaines en santé qui sont si précieuses.

-Le laisser-faire permet l'autorégulation en matière de santé et sécurité au travail ce qui engendre un nombre d'accidents et d'incidents records en 2022. On a vu sur grand portrait ce que cela a fait avec la tragédie de Lac Mégantic.

-Mettre la lumière notamment par des publicité du gouvernement l'ensemble des gens qui vivent avec du regret, de la culpabilité ou toute tragédie dans laquelle trop souvent les gens vivent en silence. Tant de victimes d'accidents, de crimes ou d'incidents vivent un isolement alors qu'ils ne sont pas les seuls dans leurs situations respectives. Les indemniser alors que ce qui leur a arrivé n'est aucunement la faute du gouvernement réduit encore la marge de manoeuvre de l'État qui doit renforcer la santé, l'éducation et la maison. Ces trois piliers sont les conditions pour abaisser au minimum le crime. L'argent tel que les programmes d'indemnités n'a jamais redonner la vie aux victimes de violence alors qu'investir dans des services psychologiques et dans les infrastructures pro-maisons sur de micro-lots assureront la paix. Au Québec on n'a plus de chance qu'ailleurs au monde de faire des maisons et continuer de faire du dommage en termes d'habitations et d'aménagement est une tragédie globale.

Environnement

-Cesser de relativiser le gaspillage d'espace et de raser les arbres pour tout tapisser de gazon.

-Investir pour vraiment faire le recyclage des ressources ce qui inclut l'eau.

-Il faut investir davantage dans le réseau d'égouts et le traitement des eaux usées. Il y a trop de fosses septiques au Québec et ce laisser-faire ne permet pas d'exiger des développements immobiliers qui servent vraiment les gens et la collectivité. Le fonds des générations va atteindre 20 milliards de dollars sous peu et on continue de dépenser au lieu d'investir. Pendant ce temps, il y a trop d'arbres qui se perdent avec l'espace utilisé pour ces fosses septiques pour trop peu de maisons sans compter les camions citernes qui doivent les vider et qui polluent notre air.

-Plus de standardisation dans la construction permettra de limiter les déchets importants de cette industrie.

-Sortir du tandem de l'expansion territoriale et de la concentration en ville en densifiant au maximum avec des maisons en rangées. Les infrastructures complexes sont une plaie sur l'environnement et alimentent un complexe industriel ferroviaire pour passagers qui est un gouffre financier surtout quand on inclut la surdensification qui remplace les maisons par du locatif et des prix d'esclavage. C'est un fardeau pour le gouvernement et le public quand on analyse l'ensemble et que l'on devra entretenir. Respecter notre institution de protection environnementale, le BAPE devrait aller de soi. Le REM n'est pas notre priorité, nous sommes contre même si un train en hauteur limiterait des incidents. Un p'tit train du nord aurait l'avantage d'assurer une pression capable d'assurer un densification avec des maisons dans les laurentides et autres endroits qui sont devenus des fiefs exclusifs condamnant la masse qui perd dans ce jeu de monopoly qu'est l'immobilier actuel.

-Faire valoir le lien entre la préservation de l’espace incluant les ressources de celui-ci et l’accès à la propriété de maisons pour tous.

Culture

-Populariser l’usage des logiciels et applications de traduction.

-Aider l'autonomie des gens fera grandir l'autonomie et l'unité linguistique. Les nations qui partagent une langue commune devraient s'unir pour former qu'un seul pays.

Agriculture

-Maintenir accessible la propriété privée des terres agricoles exige des lois contre la spéculation immobilière puisque miser sur un retour d’une politique monétaire keynésienne est irréaliste du moins pour le court terme.

ORIENTATIONS POLITIQUES

L’accès à la propriété, un thème de notre politique actuelle. Le problème est sur le plan de l’offre de maisons abordables et encore une fois, on met l’emphase sur la demande. Que ce soit d’arrêter la spéculation immobilière, d’augmenter l’aide financière aux emprunteurs, d’augmenter l’aide aux coopératives d’habitations et à la conversion de maisons en maisons multigénérationnelles, on demeure dans l’évitement de ce qui manque véritablement, soit des maisons d’inspiration «grow home». Des maisons qui répondent aux besoins des personnes seules, des personnes âgées et des familles. Des maisons permettant une densité optimale, qui exigent peu d’entretien et par leur salle de bain complète au rez-de-chaussée permettent aux personnes de ne pas avoir à vendre leur maison si leur mobilité rend difficile de monter les escaliers du deuxième étage qui a pourtant si bien servi lorsqu’il y avait des enfants. Des maisons construites le long d’une ruelle verte piétonne et cyclable afin de réduire le contact avec les voitures. Des rues moins larges permettent un couvert végétal et réduisent la minéralisation. Reconsidérer les rues sans pavage. Simplement créer une offre de maisons qui permettent aux plus de 8 personnes sur 10 qui placent la propriété privée en seconde importance après leur famille de maintenir et de bâtir leur capital. Ce capital qui créé de la vraie valeur et bâti la vraie démocratie, la social-démocratie. On martèle depuis longtemps que au Québec on aimes pas ceux et celles qui réussissent plus que d'autres alors que c'est du jamais dit que le narcissisme de ceux et celles qui ont une surdose de moyens engendre une injustice pour la légitime majorité. Nous en sommes à empiler les gens tout comme les milliards (Fond des générations) en subventionnant de l'argent public l'immobilier de faible valeur. On choisi de dépenser au lieu d'investir. Agissons pour conjuguer la maison avec la protection des ressources naturelles au lieu d'un laisser faire profitable pour une minorité, habillé par l'argent des contribuables et déguisé en vert. La vie est simple et oui il y aura des projets pour les ingénieurs notamment dans le recyclage et le problème des rejets notamment des eaux usées sur lesquels ont continue de laisser-faire.

Alors que tous les paliers de gouvernements agissent pour le développement de Transit Oriented Developments, soit des quartiers de tours à condos et de plex organisés autour de points de transport en commun, il est plus que temps de revenir à des quartiers structurellement proches de Riverdale soit un quartier Toronto qui a précédé l’avènement de la libératrice voiture. Un quartier que je qualifierais de «Townhouse Oriented Development» ou sous un autre acronyme, des P.A.D. (Pedestrian / Automobile Development) dans lequel la place du transport en commun sera aidé par un réseau en quadrillage de rues limitera sa complexité. Il faut absolument combattre le cynisme afin de convaincre les gens de se mobiliser car les promoteurs immobiliers ne sont pas tout-puissants face à la masse. Il faut réaliser que c’est l’État qui contrôle le loyer de l’argent via la Banque du Canada et le taux directeur. Ce sont les municipalités et les provinces qui contrôlent le zonage et le cadastre. De plus, il y a maintenant l’argent de notre Caisse de Dépôt et de Placement du Québec qui est disponible pour l’aménagement de grands projets qui à prime abord nuisent à la propriété privée. Sans une mobilisation telle que celle requise pour lutter contre les changements climatiques, on risque de voir davantage de mauvaises allocations du capital. L’internet étant l’ultime vecteur de distraction et la surdose de moyens étant l’ultime vecteur d’une société narcissique, il faut absolument que l’ultime vecteur de stabilité et de confiance, soit la maison selon moi, devienne une priorité au Québec. La technologie actuelle remet en question les concepts d’intimité, de propriété et on est déjà en plein dedans. Au Québec on a la chance plus qu’ailleurs de permettre à tous d’avoir une maison ce qui fera plus de propriétaires tout en tenant compte que nous vivons dans un monde où les espaces naturels, agricoles, sylvicoles et habitables sont finis. S’organiser pour plus de maisons, quel ultime objectif que l’on a à offrir à l’humanité.

Équité en éducation: Le modèle québécois est excellent et j’en suis le premier bénéficiaire. Ce qu’il faut en éducation comme en fiscalité c’est davantage d’équité afin de permettre à la majorité de travailleurs et travailleuses de conserver leur capital. On a plusieurs programmes pour aider les enfants issus de milieux défavorisés mais on manque de ressources alors qu’on investit l’argent public dans le système scolaire privé. Investir avec équité mène à une économie pour la société.

Le REÉÉ est un régime qui sous-entend que l’éducation n’est pas gratuite et universelle. Nous croyons que c’est une erreur que de subventionner à même l’argent public un régime qui n’est pas conséquent avec les valeurs des québécoises et des québécois. C’est en contradiction avec l’effort des centaines de milliers qui ont marché pour la gratuité scolaire en 2012. Une gratuité qui n’est pas si dispendieuse selon de nombreuses études.

Dans un capitalisme oligarchique post-Commission Boskin, on pousse les gens vers le loyer alors qu'on pourrait investir dans l'ultime actif leur permettant de maintenir leur capital soit la maison. Les ressources financières dans un territoire où le kilomètre de chemins est démesuré par rapport à la quantité de payeurs de taxes fait en sorte qu’il y a moins d’argent pour investir dans ce qui compte. Cela n’est cependant pas une fatalité si l’on change les mentalités pour que les gens vivent selon ce qu’ils ont vraiment besoin et que nos dirigeants politiques puissent outrepasser les pressions menant au gaspillage que nous connaissons. Le prix du bois est trop bas car on coupe plus vite que l’on construit ce qui subventionne les grosses maisons et accapare trop de terrain pour si peu de ménages. Cela fragilise le marché immobilier et crée un cercle vicieux d’étalement urbain d’une part et de la densification qui veut remplacer voire un jour désintégrer la propriété.

Santé, aménagement et environnement: Nous croyons que l’aménagement de quartiers composés de petits lots et de ruelles qui répondent aux besoins des gens permettrait d’accroître l’autonomie et de diminuer le recours aux résidences pour personnes âgées. Des quartiers sans bétonisation massive qui facilitent les déplacements à pied et les relations interpersonnelles pourraient aussi être un antidote aux problèmes de santé mentale. Des maisons en rangées faciliteraient le travail du personnel offrant les soins à domicile, des soins dans lesquels il faut investir.

Culture: Nous croyons que l’ultime vecteur d’une culture c’est la langue et les moyens technologiques tels que Google Translate rendent possible le respect des langues du monde. Nous croyons que le Québec devrait faire avancer davantage ces progrès afin de se solidariser pour vrai avec les divers groupes linguistiques dans le monde.

Pour les dons en argent, il faut remplir une fiche de contribution officielle qui est disponible sur demande.

RÈGLES DE FONCTIONNEMENT

·        Membership aux résidents du Québec.

·        Les membres peuvent participer sans voter dans un comité local à l'extérieur de celui de leur appartenance principale.

·        Les membres des comités locaux de circonscription peuvent voter que dans l'unique comité local dans lequel ils occupent un poste.

·        Les membres du comité provincial et de ses possibles sous-comités peuvent voter dans le comité provincial et dans le sous-comité dans lequel ils occupent un poste. Un membre du comité provincial ne peut tenir un poste dans plus d'un sous-comité.

·        Les membres du parti peuvent se porter candidat(e) dans un des postes d'un comité local ou provincial tout comme pour les investitures de circonscription. Ces postes sont les suivants: président(e), trésorier(e), conseiller(e).

·        Les membres du parti votent pour les candidat(e)s de tout les postes au sein du parti à l'exception des candidatures d'investiture.

·        Les membres peuvent voter dans le processus de nomination d'un(e) candidat(e) lors de l'investiture de la circonscription de leur comité local dans lequel ils ont le droit de vote.

·        L'exécutif provincial dont le président est aussi le chef du parti fixe les règles pour le processus de sélection d'un(e) candidat(e) lors des investitures.

·        Un bulletin d'information servira à tenir tous les membres de toute information pertinente relative au travail du parti. Ce bulletin sera composé en divers points qui se doivent d'expliquer la situation du membership, du financement, des postes au sein du parti incluant les candidatures aux investitures et de tout changement dans la structure et le programme. Afin de générer le bulletin, les comités locaux doivent accepter la participation obligatoire d'un(e) observateur(trice) lors de chacune de leurs rencontres qui tiendra un compte-rendu de leur rencontre.

·        Le parti valorise la simplicité et la transparence et offrira un temps de débat et de vote lors de chacune de ses rencontres.

AFFILIATION: L'association à but non-lucratif Mouvement pour l'accès à la propriété (numéro d'entreprise du Québec 3371130454) https://www.mouvementaccespropriete.org

Nous sommes sur Facebook

Avis de confidentialité

Le site www.pape.quebec ne possède aucun codage ni quelconque moyens de collecte de données de toute forme.